• Recherche
  • Valorisation - Entreprise

11 startups grenobloises lauréates du concours national d’innovation

Dans le cadre du concours national d’innovation financé par l’État via le Grand plan d’investissement ce ne sont pas moins de 11 startups grenobloises issues ou en lien avec Univ. Grenoble Alpes qui ont été récompensées lors de la seconde vague, soit plus de 17% des lauréats.
11 startups issues ou en lien avec la recherche publique et l’enseignement supérieur du territoire Grenoble Alpes ont été récompensées parmi les 65 lauréats dans le cadre de la seconde vague du concours d’innovation financé par l’État via le Grand plan d’investissement :  Alpinov X, Drone interactive, Enhancia, LXrepair, MagIA Diagnostics, Medimprint, Pollen Metrology, Rheonova, ROSI, Save Innovations, Skopai. Ce concours est opéré par l’ADEME, Bpifrance et FranceAgriMer, sélectionne des projets d’innovation au potentiel particulièrement fort pour l’économie française et permet de cofinancer des projets de recherche, développement et innovation, dont les coûts totaux se situent entre 600.000€ et 5 M€. Cela démontre le dynamisme entrepreneurial de notre écosystème. Si la majorité des lauréats est issue ou en lien avec des technologies développées dans nos laboratoires de recherche, on peut noter qu’Enhancia est une startup montée par des étudiants et accompagnée par le Pépite Ozer. De plus, trois startups lauréates ont bénéficié de l’accompagnement de la SATT Linksium pour la maturation, l’incubation et la création (prise de participation au capital) : INTENT (Drone interactive) MagIA diagnostics et ROSI.

Découvrez les 11 startups grenobloises lauréates

Alpinov X : La société Alpinov X développe des générateurs de froid à haute performance énergétique destinés aux segments de marché du froid entre -20 et +20°C, et plus particulièrement le refroidissement des Datacenter et les réseaux de froid urbain. Alpinov X développe une solution de production de froid à haute performance énergétique offrant un rendement triplé par rapport aux solutions existantes. Ce produit cible dans un premier temps le segment de marché de l’enneigement de culture, puis, dans un second temps, celui de la climatisation industrielle. L’objectif des activités liées au Concours d’innovation est de permettre d’accélérer et clôturer les phases de R&D ciblant trois des sous-systèmes intégrés : la turbo pompe dédiée au pompage de l’eau sous vide, le condenseur par aspersion d’eau sous vide, et les paliers et roulements céramiques lubrifiés pour application en vide.
INTENT - Drone Interactive : Capitalisant sur une technologie issue de recherches au GIPSA-lab (CNRS/Grenoble INP/UGA), INTENT développe les premières attractions multijoueur associant pilotage de drones et jeux vidéo en réalité mixte pour les parcs de loisirs. L’objectif est d’offrir des expériences immersives et interactives révolutionnaires pour le grand public et des solutions clé en main avec un retour sur investissement élevé aux exploitants de parcs. Le projet vise le développement d’un premier produit ARCADRONE. Ce nouveau concept d’attraction à destination des parcs de loisirs est une plateforme arcade multi-jeux dans laquelle les drones (jusqu’à six pour autant de joueurs) interagissent entre eux et avec les éléments virtuels du jeu vidéo (décor, bonus ou personnages). Pour ce faire, INTENT développe des fonctionnalités nouvelles basées sur un pilotage intuitif et ludique, un moteur d’interactions réel-virtuel et un système de gestion automatique des batteries. Le projet permettra de mener à bien des innovations technologiques majeures dans les domaines de la réalité mixte et des drones. INTENT (Drone Interactive) est une start-up basée à Grenoble, créé en janvier 2018 suite à un accompagnement Linksium qui comprend une phase de maturation, d’incubation et une prise de participation au capital. INTENT exploite une technologie issue du laboratoire GIPSA-lab et valorisée par l’UGA.
Enhancia : Enhancia conçoit, fabrique et industrialise des objets innovants connectés à détection de mouvement par discrimination. L’activité est aujourd’hui centralisée sur la musique mais le marché évoluera en fonction des produits. L’objectif du projet M2H2 et d’améliorer grandement les capacités du produit phare : Neova, afin de satisfaire une clientèle exigeante. Cette amélioration permettra à la technologie d’être suffisamment précise pour permettre de réaliser des dérivés du produit Neova. De tels dérivés permettront de toucher d’autres marchés en gardant une technologie de pointe. Enhancia est une startup montée par des étudiants et accompagnée par le Pépite Ozer.
LXRepair : LXRepair possède une plateforme de tests uniques pour caractériser en temps réel les mécanismes de réparation de l’ADN qui déterminent la réponse des patients aux traitements anticancéreux. LXRepair accompagne les sociétés pharmaceutiques pour développer des médicaments plus performants et veut mettre sur le marché des kits diagnostiques pour personnaliser les traitements. L’objectif de ZYMONCO est de développer la première gamme de produits (réactifs et lecteur associé) capable de caractériser les systèmes de réparation de l’ADN impliqués dans la résistance aux traitements anticancéreux. LXRepair développe ses tests grâce à des technologies sur biopuces brevetées par le CEA.
MagIA diagnostics : Valorisant des travaux de recherche menés au sein du G2Elab (CNRS/Grenoble INP/UGA), la société MagIA diagnostics propose un dispositif innovant d’analyse biologique portable. Grâce à sa technologie immuno-magnétique innovante, elle développe un dispositif dédié au dépistage simultané de multiples maladies infectieuses à partir d’une seule goutte de sang prélevée au bout du doigt. Le dépistage des maladies sexuellement transmissibles est un enjeu majeur de santé publique. À haute prévalence parmi les populations à risque, leur dépistage requiert des tests rapides pour faciliter l’intégration de ces populations dans un parcours de soin adapté. Ceux-ci se limitent actuellement au dépistage d’une seule maladie alors que ces populations à risque peuvent être infectées par plusieurs de ces maladies. MagIA diag propose un test qui permettra à partir d’une goutte de sang de donner le statut sérologique complet d’une personne en 15 minutes. Ce projet vise à démontrer la faisabilité clinique d’une telle approche. MagIA diagnostics est une start-up créée en juillet 2017 basée à Grenoble qui emploie 10 collaborateurs, et a levé 1 M€ en novembre 2018 auprès de 2 actionnaires : BH invest, MagiaInvest. La startup deeptech, maturée et incubée et co-fondée par la SATT Linksium, repose sur l’exploitation de plusieurs brevets issus de 15 ans recherche collaborative entre 4 laboratoires du CNRS, de Grenoble-INP, de l’Inserm et de l’UGA.
Medimprint : Medimprint développe et commercialise des dispositifs médicaux innovants dit dispositifs d’empreintes tissulaires. Reposant sur un nouveau concept, l’empreinte tissulaire cérébrale, ces dispositifs sont moins lésionnels pour le tissu que les outils de biopsie. Ils permettent ainsi d’accéder à des régions aujourd’hui inexplorées afin d’identifier les cibles thérapeutiques dans les tumeurs cérébrales. Le Projet DETIC a pour objectif de démontrer que la technologie d’empreinte tissulaire cérébrale développée par Medimprint permet une meilleure prise en charge thérapeutique des patients atteints de tumeurs cérébrales. Medimprint est une startup de Clintec Lab et est le fruit d'une collaboration étroite et efficace entre le CEA, l'Inserm, l’UGA et le CHUGA.
Pollen Metrology : Pollen Metrology est spécialisée dans l'édition de logiciels d’intelligence artificielle (IA) destinés à la production de matériaux innovants. Elle développe une technologie permettant d’accélérer à la fois la phase de développement et d’optimiser la phase de production de ces matériaux en augmentant les rendements. Les matériaux innovants sont aujourd’hui utilisés pour des applications variées : puces électroniques, polymères, cosmétiques, médicaments etc. Leurs propriétés uniques sont liées à la structure nano/micrométrique des composants de base qui les constituent. Pour donner suite à de nombreuses évaluations clients et étendre son développement à l'international, le projet PLATYPUS BOOST se propose d’accélérer le passage à l’échelle de la plateforme logicielle d’intelligence artificielle Platypus. Elle sera ainsi capable de réduire le temps de mise sur le marché de ces matériaux et d’améliorer la productivité de leurs usines de fabrication pour répondre aux exigences de la production à gros volumes de ces matériaux. Fondée en 2014, cette « deep tech » française, dont le concept remonte à 2010, est le fruit de 15 ans d’expérience au CEA, CNRS et IBM. POLLEN monte des collaborations avec les plus grands laboratoires français notamment le laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE), des laboratoires grenoblois, le GIPSA-lab (CNRS/Grenoble INP/UGA) et le LJK (CNRS/Grenoble INP/Inria/UGA) ainsi que différents industriels de la chimie et de l'industrie du semiconducteur.
Rheonova : Valorisant une activité issue du LRP (CNRS/Grenoble INP/UGA), Rheonova ambitionne de rendre la rhéologie accessible, à travers une activité d’analyses et de conseils scientifiques, et la conception de dispositifs de mesure innovants centrés sur les besoins des utilisateurs. Acteur disruptif en rhéométrie, Rheonova conçoit des rhéomètres dédiés aux fluides biologiques, et s’adressant particulièrement aux maladies respiratoires chroniques. Le projet MucoCF vise à établir un outil de pronostic des phases d’exacerbations à l’usage des patients atteints de mucoviscidose. Ces crises constituent une détérioration importante de l’état des patients, conduisant à une perte irréversible de capacité respiratoire accompagnée d’une hospitalisation en urgence. Pronostiquer les exacerbations permettra d’adapter les traitements en anticipation et ainsi de limiter les conséquences cliniques. À partir des propriétés mécaniques d’échantillons de mucus, le dispositif Rheomuco permet déjà de détecter un état pré-exacerbé. Le projet MucoCF doit valider cliniquement la durée de la phase pré-exacerbée et l’efficacité des traitements anticipés pour réduire le recours à l’hospitalisation.
ROSI : Valorisant des travaux de recherche menés au sein du SIMaP (CNRS/Grenoble INP/UGA), ROSI propose une solution innovante de recyclage des copeaux de silicium ultra pur provenant de la filière photovoltaïque, et actuellement considérés comme déchets. ROSI valorise le silicium de haute qualité contenu dans ces déchets industriels afin de le réinjecter dans la chaine de production photovoltaïque initiale. Le projet Redisgn est axé sur le recyclage de la matière active des panneaux solaires en fin de vie, à savoir le Silicium (Si) hautement pur. Plus généralement, il a pour objectif de proposer un procédé industriel et les équipements associés pour le recyclage et la revalorisation du Si sous forme de morceaux de plaques, issu de différentes sources de déchets lors la production de Si photovoltaïque, ou de panneaux solaires en fin de vie. L’exploitation industrielle de cette nouvelle filière en économie circulaire sera d’abord au service de l’industrie en région Auvergne Rhône-Alpes. ROSI est une start-up basée à Grenoble créé en novembre 2017 suite à un accompagnement Linksium qui comprend une phase de maturation, d’incubation, et une prise de participation au capital. Sa technologie est issue du laboratoire SIMaP et valorisée par Grenoble INP.
Save Innovations : L’objectif de la société Save Innovations est la conception, le développement, la fabrication et la commercialisation de turbines innovantes qui produisent de l’électricité dès les faibles flux d’eau avec un prélèvement minimal de pression. Cette innovation permet d’alimenter en autonomie et en tout point des réseaux d’eau potable l’ensemble des équipements de mesure, de contrôle et de télétransmission. Le projet Smart PICOGEN consiste à développer une solution clé en main de supervision et gestion des réseaux d’eau potable. Pour ce faire, Save Innovations envisage d’intégrer dans sa turbine PICOGEN existante l’ensemble des capteurs, analyseurs, cellules de batterie et carte électronique IOT pour télétransmission des données en temps réel. Cette solution répond à une demande forte du marché formulée par les partenaires de la société tels que Suez ainsi que par l’ensemble des services techniques des collectivités rencontrées. Save Innovations entretient des partenariats technologiques avec laboratoires CREMHyG (Grenoble INP) et G-SCOP (CNRS/Grenoble INP/UGA).
Skopai : Grâce à des outils d'intelligence artificielle développés au LIG (CNRS/Grenoble INP/Inria/UGA), la plateforme Skopai permet d’observer et d’analyser les start-up et les PME innovantes au niveau mondial. Grâce à ses technologies propriétaires d’intelligence artificielle, Skopai collecte massivement sur le web des données sur les startups et livre à l’utilisateur les informations qu’il recherche sur une start-up ou sur un secteur. Le propre des startups et PME innovantes est à la fois la rapidité et la fréquence de leurs évolutions et la forte incertitude qui marque leur avenir, liée au niveau élevé de risque qu’elles prennent. C’est la contrepartie mais aussi la condition de leur fort potentiel de création de valeur. L’objectif du projet EINAI vise à mettre en place des outils d’intelligence artificielle capables, à partir de données disponibles sur le web, de caractériser automatiquement pour n’importe quelle startup dans le monde, les étapes de son parcours passé, sa vitesse de développement actuel et ses perspectives de développement futur.
À noter également que deux startups lauréates du concours ne sont pas grenobloises mais s’appuient sur des technologies issues de laboratoires grenoblois. Cardiorenal, implantée à Strasbourg et Paris, exploite des technologies issues du CEA-Leti et iExec, implantée à Lyon, exploite des technologies développées à l’Inria Grenoble.

Cardiorenal : Cardiorenal développe une boucle de télémédecine qui permet au patient insuffisant cardiaque d’analyser une goutte de sang à son domicile pour suivre en direct l’évolution de sa pathologie tout en informant son médecin pour un traitement plus personnalisé grâce un ajustement de la prescription en temps réel. Le projet IMPACT vise à développer une version avancée de ExpHeartTM, la boucle de télémédecine actuelle de Cardiorenal (CE marque prévu en Décembre 2018). La nouvelle version de la boucle de CardioRenal vise à rendre la procédure de mesure beaucoup plus simple et indolore pour le patient afin que celui-ci accomplisse bien ses mesures quotidiennes et d’une façon répétable et minimalement invasive. De plus des outils logiciels (apps) seront développés afin de donner facilement accès au patient à des informations personnalisées. L’objectif est de permettre une meilleure adaptation des traitements par les médecins et de promouvoir les échanges entre communautés de patients.

iExec : La société iExec a été fondée en 2016 à Lyon. IEXEC fournit une place de marché décentralisée fondée sur la technologie blockchain. La société développe des briques technologiques permettant aux développeurs de mettre en œuvre un cloud computing décentralisé facilitant l’accès à de grandes capacités de calcul. iExec développe des solutions de Cloud décentralisé en lien avec la blockchain publique Ethereum. Elle cherche aujourd’hui à diversifier ses activités pour répondre aux besoins des entreprises en matière de blockchain. L’objectif de ce projet est de faire émerger des solutions techniques utilisables par des entreprises ou consortiums d’entreprises. Mais bien plus qu’un simple packaging des innovations déjà réalisés pour la blockchain publique dans un contexte privé, iExec vise à proposer une solution complète qui irait du conseil au déploiement de solutions ad-hoc qui correspondent aux besoins spécifiques de ses clients tout en étant compatible avec les standards internationaux actuellement en cours de développement.

Le concours d’innovation

Le Concours d’innovation, financé par l’État via le Grand plan d’investissement, et opéré par l’ADEME, Bpifrance et FranceAgriMer, vise à soutenir des projets innovants portés par des start-ups et des PME autour de 9 thématiques (voir ci-dessous). Il permet de favoriser l’émergence accélérée d’entreprises ayant vocation à devenir leaders dans leur domaine, pouvant prétendre à une envergure mondiale. Dans le cadre d’une procédure favorisant la compétition, il sélectionne des projets d’innovation au potentiel particulièrement fort pour l’économie française. Il permet ainsi de cofinancer des projets de recherche, développement et innovation, dont les coûts totaux se situent entre 600.000€ et 5 M€.

  • Énergies renouvelables, stockage et systèmes énergétiques
  • Transport et mobilité durables
  • Efficacité en énergie et en ressources
  • Eau et biodiversité
  • Numérique Deep Tech
  • Santé - bioproduction
  • French Fab
  • Sécurité et cybersécurité
  • Agriculture innovante

Les lauréats de la 2ème vague ont été sélectionnés : 65 lauréats pour un montant total de 37 millions d’euros (cf tableau). Les lauréats se verront remettre leur prix lors d’une cérémonie organisée à l’été prochain.
Cet appel à projets s’inscrit en cohérence avec i-Lab, concours de création d’entreprises de technologies innovantes, avec lequel il partage la même bannière du « Concours d’innovation ». Sont notamment recherchés, lorsque la thématique s’y prête, les projets Deep Tech.
Publié le 4 mars 2019