Comprendre, reconstituer et analyser les trajectoires des socio-écosystèmes

Du  24 juin 2019 au  28 juin 2019

L'école d'été Trajectories s'est tenue du 24 au 28 juin 2019 à la Station Alpine Joseph Fourier


Rassemblant 32 participants, l'idée de l'école thématique était d'explorer les relations Hommes-nature à travers les socio-écosystèmes. Ce concept, que l’on doit notamment à Elinor Ostrom (2007) fait partie de ces notions qui devraient permettre de créer des passerelles entre écologie, géosciences et sciences humaines et sociales, puisqu’il s’agit de réfléchir aux dynamiques entre systèmes écologiques (pris dans un sens large et impliquant également les questions de climat), économiques, socio-anthropologiques et de gouvernance. 

 

Objectifs

  • Former et accompagner les participants à de nouvelles méthodes et ainsi enrichir la palette d’outils permettant de mieux comprendre les phénomènes de coévolution entre na-ture et société et de trajectoires.
  • Contribuer à la constitution d’une communauté scientifique élargie et partageant des notions et des concepts communs sur les socio-écosystèmes déclinés ensuite au sein des diverses disciplines concernées. Cette communauté vise également à aider la jeune recherche à se familiariser avec les fondamentaux d’une interdisciplinarité assumée, en s’appuyant par exemple sur les expériences de parcours professionnel des chercheurs confirmés.
  • Consolider une communauté en devenir au-delà du pôle universitaire grenoblois dans le but de pérenniser cette école thématique en l’ouvrant progressivement à des chercheurs et des doctorants non francophones sur deux points complémentaires : un meilleur partage des méthodologies permettant d’analyser les trajectoires de socio-écosystèmes à différentes échelles & la constitution d’objectifs de connaissances communs à l’échelle de l’arc alpin.

Organisation de la semaine

La première partie de l’école thématique a permis un partage de connaissances avec des interventions de chercheurs sur les thèmes suivants :

Présentation Intervenant
Co-construire et explorer des trajectoires d’adaptation de systèmes socio-écologiques à l’aide des modélisations participatives à base d’agents
Pour plus d'infos : la vidéo et la présentation
Nicolas Salliou, École Polytechnique de Zurich
Le pastoralisme dans les Alpes occidentales entre la protohistoire et le moyen âge : une évaluation des origines et du développement de la grande transhumance par les analyses archéozoologiques, isotopiques, et l'ADN ancien sédimentaire
Pour plus d'infos : la vidéo et la présentation
Kevin Walsh, Université de York
Evolution de l’aléa avalancheux dans un contexte de changements environnementaux : l’exemple du massif du Queyras
Pour plus d'infos : la vidéo 
Jérôme Lopez-Saez, Université de Genève
Incertitude dans les modèles numériques. Comment la prendre en compte dans les analyses
Pour plus d'infos : la vidéo et la présentation
Elise Arnaud, Université Grenoble Alpes
L'usage des terres comme révélateur des dynamiques des systèmes socio-écologiques
Pour plus d'infos : la vidéo et la présentation
 
Leonith Hinojosa, Université Catholique de Louvain
   
De la dynamique des paysages à la gestion de la biodiversité et des services écosystémiques
Pour plus d'infos : la vidéo et la présentation 1, 2 & 3
Thierry Tatoni, IMBE
Un voyage parmi les événements extrêmes (XVIe-XXe siècles) : son intérêt pour la société en matière de prévention et d'adaptation
Pour plus d'infos : la vidéo et la présentation 1, 2, 3, 4 et 5
Emmanuel Garnier, UMR CNRS Chrono-Environnement, Université de Besançon
   

Des rencontres ont ensuite été organisées mardi avec deux élus du Pays de la Meije, Jean-Pierre Jacquier adjoint à l'urbanisme de Villar d'Arêne et Roland Jacob, deuxième adjoint de la Grave, ainsi qu'avec la directrice de l'Office de Tourisme des Hautes Vallées, Elodie Lefebvre. Ces entretiens avaient pour objectif de mieux comprendre les enjeux du territoire.






Ces discussions ont été complétées par une visite de terrain organisée par Sandra Lavorel le mercredi matin.








La fin de l'école s'est ensuite déroulée sous la forme de trois ateliers :


  • Prospective territoriale et co-construction interdisciplinaire et transdisciplinaire de l’avenir du territoire du Pays de la Meije
  • Risques environnementaux et impacts sur les activités humaines (notamment sur le transport) - moments de rupture et de bascule dans le Pays de la Meije
  • Dynamiques de population, agriculture et tourisme – points de rupture et points de bascule
Les restitutions des ateliers durant la dernière matinée ont permis de mettre en avant plusieurs idées fortes :
  • Chaque groupe de travail a de facto intégré la transdisciplinarité dans les ateliers
  • Un intérêt fort pour l’histoire, l’analyse d’une trajectoire d’un socio-écosystème nécessite d’inclure une perspective historique
  • La dimension économique a également été largement prise en compte
  • Le patrimoine a été une dimension très forte constituant un aspect structurant dans les travaux menés dans les ateliers.
Globalement, cette école thématique a été vécue comme une grande réussite tant pour les participants que pour les organisateurs comme le montre l’enquête de satisfaction réalisée à la fin. Cette semaine a suscité une bonne dynamique pédagogique et scientifique qui laisse présager une future école sur ce même thème en prenant en compte les points d’amélioration évoqués par les participants.

Vous trouverez ici le bilan détaillé de la semaine

Publié le 23 août 2019