• Recherche

Le projet MEET en sciences de la terre lauréat de l’ERC Synergy Grant 2019

Le projet MEET - Monitoring Earth Evolution Through Time, recevra 12,8 millions d’euros sur 6 ans avec pour objectif d’étudier l'évolution de la Terre depuis les tous premiers stades de sa formation. Le projet mené par 3 chercheurs dans 3 établissements en France, en Allemagne et aux Etats-Unis, est porté à l’Université Grenoble Alpes par Alexander Sobolev, professeur au laboratoire ISTerre (CNRS/IRD/UGA/USMB/IFFSTTAR).
Le projet MEET se penchera sur deux questions principales : Comment la composition chimique de la Terre a-t-elle évolué au fil du temps ? Et quels processus physiques sont responsables de cette évolution ?

Les précédentes tentatives pour comprendre la Terre primitive se sont heurtées à la rareté des roches, véritables archives de cette époque, puisque les roches si anciennes sont soit détruites, soit altérées de sorte que l'information chimique originale a disparu. Il existe cependant une possibilité unique d’accéder, dans ces roches, aux traceurs chimiques les plus sensibles aux changements du manteau et de la croûte terrestre. Ces informations sont conservées sous forme d'inclusions vitreuses dans les cristaux de deux minéraux, l’olivine et le zircon. Ces inclusions vitreuses sont de minuscules gouttes de liquide magmatique piégées lors de la cristallisation des minéraux, mesurant généralement moins de 15 microns et ne pesant que quelques nanogrammes.

Grâce au financement du projet MEET l'équipement microanalytique unique nécessaire à l'analyse chimique in situ de ces inclusions sera installé à l'Université Grenoble Alpes et fournira de nouvelles informations sur le recyclage des éléments chimiques dans la Terre et sur la formation de sa croûte depuis environ 4,4 milliards d'années. Ces informations ont de profondes implications concernant d’autres questions dans d'autres disciplines, telles que l'origine de la vie et les conditions sur les exoplanètes.


Le projet MEET - Monitoring Earth Evolution Through Time combine des méthodes géochimiques et physiques pour étudier l'évolution de la Terre depuis les tous premiers stades de sa formation.


Les projets ERC Synergy Grants, des projets de recherche collaboratifs


Le Conseil européen de la recherche (ERC) a lancé l’appel « ERC Synergy Grant 2019 », d'un budget global de 363 millions d'euros pour le financement de projets de recherche exploratoire dans toutes les disciplines sur une durée maximale de 6 ans. Ce financement fait partie du programme de recherche et d'innovation de l'UE, Horizon 2020. Parmi les 37 projets-lauréats, le projet MEET porté par Alexander Sobolev (Université Grenoble Alpes), Stephen Sobolev (GFZ Potsdam, Allemagne), et John Valley (University of Wisconsin-Madison, Etats-Unis) bénéficiera d’un financement de 12,8 M€ sur 6 ans dont 6,6 millions pour l’Université Grenoble Alpes.

L'objectif du financement Synergy du Conseil européen de la recherche (ERC) est d’aborder des questions de recherche ambitieuses auxquelles seul le travail coordonné d'un petit groupe de deux à quatre responsables de recherche de premier plan et de leurs équipes peut répondre en combinant leurs connaissances, compétences et ressources complémentaires de manière unique. Le but ultime de ce programme est de soutenir une interaction collaborative étroite qui permettra de résoudre certains des problèmes de recherche les plus complexes, couvrant souvent plusieurs disciplines scientifiques. L'ambition est d'ouvrir la voie à des résultats plus importants que la somme des contributions individuelles de chaque responsable de recherche.

Pr. Alexander Sobolev (UGA)

De nationalité russe, Alexander Sobolev obtient son doctorat en géochimie en 1983 à l’Institut de Vernadsky à Moscou. En 1999, il obtient le prix Alexander von Humboldt, puis en 2001 le prestigieux Prix Wolfgang Paul de l’Institut Max Planck. Il rejoint l’Université Grenoble Alpes (Université Joseph Fourier) en 2009 au sein d’une chaire d’excellence. Alexander Sobolev est membre de l’Academia Europae, de l’Institut universitaire de France (membre senior, IUF), de l’académie des sciences de Russie et de l’American Geophysical Union Fellow.
Publié le 11 octobre 2019