Valence-Romans Agglomération et Biovallée, lauréats de l’appel à projets « Territoires d’innovations »

Le vendredi 13 septembre 2019, le premier Ministre Edouard Philippe était dans la Drôme pour annoncer les 24 projets français retenus dans le cadre de l’appel à projets PIA « Territoires d’innovation » et pour lequel ce département a eu le privilège de voir 2 projets récompensés et dont la Communauté Université Grenoble Alpes est partie prenante : « Valence-Romans capitale des start-ups de territoire » et « Biovallée » (vallée de la Drôme).
L’objectif de ces investissements « Territoires d’innovation » est d’accélérer les grandes transitions sur ces territoires pilotes (territoires ruraux, villes moyennes et territoires d’industrie mais également métropole) à travers, par exemple, la réduction de la consommation d’énergie et du tonnage de déchets, le développement de nouvelles formes de mobilité, l'évolution des pratiques agricoles et viticoles et la promotion de la production bio, la reconquête industrielle et le développement de l’industrie du futur conciliant haute technologie et réduction de l’empreinte carbone, la revitalisation de centre-villes, l'évolution des modes de prise en charge du système de santé, le déploiement de nouvelles solutions numériques au bénéfice des populations, l'adaptation des compétences aux évolutions du marché du travail, etc. 24 projets ont été retenus à hauteur de 450 millions

Pour Lise Dumasy, présidente de la Communauté Université Grenoble Alpes, partenaire du projet « Valence-Romans capitale des start-ups de territoire » et partenaire de longue date du territoire Biovallée également lauréat, « faire de Grenoble Alpes un site universitaire capable à la fois de produire une recherche d’excellence à un niveau international et de répondre à la nécessité de former le plus grand nombre, cela passe nécessairement par une forte implication dans les territoires locaux et une coopération entre les acteurs académiques, les collectivités territoriales et le monde socio-économique. Ces projets sont des terrains d’expérimentation et offrent les conditions pour réussir des démarches innovantes et mettre en place des démonstrateurs à grande échelle et dans lesquels l’université a toute sa place. »

Le PIA Territoires d’innovation


L’action « Territoires d’innovation » du Programme d’investissements d’avenir (PIA) comprend des subventions (enveloppe de 150 millions d’euros) et des investissements publics (enveloppe de 300 millions d’euros) pour mettre en oeuvre ces innovations et faire levier sur les financements apportés par les collectivités locales et leurs partenaires privés. Les 24 territoires lauréats, sélectionnés à la suite d’un appel à projets lancés en novembre 2018, bénéficieront d’un accompagnement dans la durée de la part de l’Etat et de son opérateur, la Banque des territoires.

Valence-Romans, capitale des start-ups de territoire


Valence Romans est au cœur de l’une des régions les plus dynamiques d’Europe. L’économie de ce territoire historiquement structurée par l’industrie s’est diversifiée depuis les années 80, mais la crise de 2008 a profondément impacté le tissu social en créant un chômage structurel important et un taux de pauvreté marqué. L’agglomération et le Groupe Archer, groupe d’économie solidaire né à Romans en 1987, proposent de transformer Valence Romans en un territoire référence d’une nouvelle génération de Start-ups, soucieuses de leur impact et proposant des services ou des produits qui impactent en priorité le quotidien des habitants du territoire : alimentation locale, économie circulaire généralisée, entreprise industrielle de proximité, production d’énergie locale, solidarité avec les personnes en situation de fragilité, etc. Le budget prévisionnel du projet atteint 74 M€ dont 28,8 millions de l’Etat. La Communauté Université Grenoble Alpes est un partenaire officiel du projet.

Biovallée


Les trois intercommunalités situées dans la Vallée de la Drôme (Communautés de Communes du Diois, Crestois-Pays de Saillans et Val de Drôme) proposent de faire de leur territoire un laboratoire d’expérimentation des solutions de transition en milieu rural. Le projet explore les pistes de transformations possibles pour inventer un modèle rural pérenne capable de s’adapter aux évolutions du climat, des usages, aux équilibres agro-écologiques et aux enjeux de développement technologiques. La résilience et l’adaptation au changement climatique et économique en faveur de la qualité de vie des populations sont au cœur de ce projet. Le budget prévisionnel du projet atteint 53 M€ dont 22,1 millions de l’Etat. La Communauté Université Grenoble Alpes coopére avec le territoire Biovallée depuis près de 10 ans et depuis  2017 dans le cadre d’une convention de partenariat.


L’implication de la COMUE dans ces projets


Les établissements de la COMUE sont impliqués à trois titres dans ces deux projets. Bien entendu à travers le Campus de Valence, ses formations et services communs, travaillant depuis toujours en relation étroite avec l’environnement socio-économique. Mais également par la mobilisation et la synergie entre les diverses ressources universitaires (FTLV, inTERface Université-Territoires, formation à distance, CST…) qui trouvent sur ces territoires un contexte privilégié pour développer ou expérimenter des approches fonctionnellement extensives et territorialement intensives. Enfin parce que, s’agit plus particulièrement du projet Startup de Territoire, l’originalité et la richesse de la démarche offrent l’opportunité de concevoir et de mener un véritable projet de recherche dont les apports auront une portée au minimum au niveau national.

Pour Magali Talandier, professeure à l’UGA et chercheure à l’UMR PACTE qui a dirigé le volet évaluation-diffusion et les aspects scientifiques de la réponse, « La mission d'évaluation-diffusion qui m'a été confiée dans le cadre du PIA est particulièrement stimulante pour mon équipe de recherche au sein du laboratoire PACTE. Nous allons pouvoir expérimenter durant sur 5 années de nouvelles méthodes pour observer, mesurer, évaluer les processus de transition d'un territoire. La proposition que nous avons construite repose à la fois sur un renouvellement des approches "expertes" et une co-construction in itinere des méthodes d'évaluation avec les porteurs du projet et les citoyens. Je suis également ravie de pouvoir compter sur les compétences des deux bureaux d'études Acadie et Ville-Innovation, qui nous accompagnent dans cette nouvelle aventure. »  

De manière plus générale, Grégoire Feyt, responsable scientifique de l’inTERface Université-Territoires de la COMUE, « salue à travers ces deux réussites la reconnaissance de la démarche pilote portée depuis 2013 par les établissements de la COMUE et visant à travailler en relation étroite avec la diversité de ses territoires afin de promouvoir à bénéfices partagés des ressources universitaires aussi riches que diverses, mais souvent méconnues ou difficilement lisibles et accessibles de la part d’acteurs socio-économiques éloignés ou extérieurs aux réseaux, autrement dit de la majeure partie des territoires et du tissu socio-économique ».


Publié le 25 septembre 2019